LA CHINE (1)

Chine 1

 

 

Voyage, me revoilà enfin !

Après l'expérience de l'expédition (http://www.chooyu2005.com), le retour au status viatoris n'est pas des plus faciles. J'aurai aimé retrouver quelques temps confort, plaisir du quotidien parisien, famille et amis... Mais je prends à peine moins d'une semaine pour me reposer à Katmandou, et il me faut une bonne dose de remotivation pour reprendre la route. Je retourne en Chine et me dirige désormais vers le far Ouest tibétain : Ali, le royaume Guge et le mont Kailash. Dans cette région les pistes sont en mauvais état, les trajets sont longs et fatiguants. Après 1500km de désert et d'un trajet en toute illégalité (je n'ai pas le permis nécessaire pour traverser ces régions), j'arrive à l'extrême Ouest du Tibet, juste avant le Xinjiang.

 

   

Canyon longeant la rivière Sutlej, dans la région de Tsamda

Nous sommes là à la frontière australe du Tibet, et juste derrière, ce sont déjà les montagnes de la chaîne indienne du Zanskar. Je suis pour la première fois de l'autre côté, à portée de marche !

 

   

Citadelle de Tsaparang (royaume Guge)

prononcer [Gougué]

 

   

Mont Kailash - protection rustique pour ce pèlerin

Le premier jour de ma circambulation, je suis déçu parce que je ne croise que deux pèlerins. Je ne suis pas là pour réaliser moi même cette kora, mais pour rencontrer ces hommes et femmes venant de loin, très loin.

Au second jour, les rencontres se multiplient, et je fais désormais route avec deux puis quatre tibétains. Nous marchons vite et rattrapons troupeaux de yaks se rendant dans la vallée. Ils nous bloqueront d'ailleurs sur quelques passages étroits...

 

   

Jeune enfant sur la kora. Quelques nomades ont monté leur tente et vendent boissons, nouilles et autres vivres pour pèlerins et touristes.

 

   

Serzhong - vallée de La-chu menant à Drirapuk. Kora du mont Kailash

les guides de voyage et voyageurs se délectent de superlatifs concernant la beauté de cette montagne : magnifique, incroyable, merveilleuse... le mont Kailash n'est ni plus ni moins qu'une jolie montagne comme il y en a tant d'autres, et pour moi l'émerveillement n'est pas au rendez vous !

Mais cela n'enlève rien à l'importance de cette montagne, source de l'Indus et du Brahmapoutre... et source de tant de croyances.

 

   

Masque flamboyant

Les yeux dévoilent le sourire; pas besoin d'enlever le foulard... le regard est déjà complice.

 

   

Dignité d'une jeune et belle tibétaine

 

 

   

Femme de Darchen

A l'arrivée de ma circambulation, je trouve Darchen remplie. Ce gros village (ou cette petite ville) est le lieu de départ et d'arrivée du pèlerinage; et je me rends compte que les rencontres, je les ferai ici. Les tibétains restent généralement quelques jours avant et après leur kora, et c'est donc en restant à Darchen que je croise un plus grand nombre d'entre eux.

 

   

Plateau du Jangtang

Le Jangtang est une vaste réserve naturelle. Les véhicules circulent entre antilopes, chevaux et yaks sauvages... Ci et là on trouve geysers, sources d'eau chaude, lacs salés (certains à sec, et nous roulons dessus).

 

   

Lhasa - moine

Lui aussi fait sa kora tout en se prosternant. Peut être en est-il à sa deuxième, onzième ou plus...

 

   

Ombrelle au Jokhang

Me voici à nouveau à Lhasa où je retrouve mes marques, et les endroits que j'avais connus quelques années plus tôt (www.mesdiapos.com - Tibet 2002). Dans le quartier tibétain, rien n'a changé ou si peu; mais juste derrière, le modernisme chinois a pris place : magasins vendant les derniers modèles de home-cinema, de téléphones mobiles, d'électroménager, librairies, fast-foods, ...

 

   

Jeune nonne au Barkhor

Ce sont là mes dernières photos du Tibet. Je pars désormais pour le plein Est chinois. Mais Lhasa, même sinisée reste Lhasa, avec ses centaines de pèlerins qui tournent autour du Jokhang ou se prosternent devant le potala. Est-ce là la dernière génération d'hommes et de femmes à faire cela ? De façon massive et traditionnelle, très certainement.

 

Chine 1